Introduction

Le mal du dos est souvent appelé « mal du siècle » et ceci non sans raison. Le mal du dos constitue la principale raison de consultation dans un cabinet médical, c’est une des causes principales de mise à la retraite anticipée. Le nombre d’heures de travail perdues pour des douleurs dorsales représente une entité considérable sur le plan économique. De même, les dépenses des caisses de maladie engendrées par les pathologies du dos sont énormes.

Ces quelques remarques soulignent l’importance du traitement, de la prévention et de la kinésithérapie qui joue un rôle clé.

Avant de parler des différentes pathologies, nous pensons qu’il est utile de connaître quelques éléments d’anatomie et de physiologie pour mieux comprendre l’origine et le traitement de ces pathologies.

Anatomie

Quand nous parlons de douleurs du dos, nous parlons en fait d’affections douloureuses de la colonne vertébrale. Cette colonne vertébrale se compose de 24 vertèbres mobiles ,articulées, qui déterminent 3 régions:

la région cervicale : 7 vertèbres
la région dorsale : 12 vertèbres
la région lombaire : 5 vertèbres
5 vertèbres soudées qui forment le sacrum
3 à 5 vertèbres qui constituent le coccyx ( Steissbein, « Krippchen »).
La colonne vertébrale assure deux fonctions essentielles:

une fonction de soutien
elle soutient le tronc et la tête, les membres ( bras et jambes ) y sont attachés par l’intermédiaire des articulations de l’épaule et de la hanche

une fonction de protection
elle protège la moëlle épinière ( Knochenmark ) d’où partent entre chaque paire de vertèbre les nerfs rachidiens

Les différentes vertèbres sont unies l’une à l’autre par de puissants ligaments des muscles et surtout en avant par les disques intervertébraux (Bandscheiben).

Le disque intervertébral est formé de deux parties :

une partie périphérique: l’anneau fibreux
une partie centrale: le noyau pulpeux
Le rôle du disque intervertébral est multiple. Il donne à la colonne vertébrale sa flexibilité lui permettant les mouvements de flexion, extension et rotation et joue en même temps le rôle d’amortisseur. Des charges ou sollicitations trop importantes peuvent entrainer des lésions du disque. Il peut se fissurer et permettre au noyau ou à une partie de celui-ci de transpercer l’anneau fibreux et de pénétrer dans le canal rachidien (hernie discale) ou bien déshydrater et perdre progressivement son efficacité dans l’absorption des chocs et vibrations et ainsi favoriser l’apparition de l’arthrose.

Lors d’un congrès à Zürich, le professeur Alf Nachemson, un pionnier de l’étude de la colonne vertébrale, déclarait à un public galvanisé que le plus souvent la vraie cause des douleurs du dos demeure inconnue. Ce qui revient à dire qu’il faut être très prudent avant d’entreprendre un traitement et qu’il faut surtout bien examiner et bien interroger son patient.

En effet, les causes sont multiples et souvent bien loin du foyer douloureux de la colonne vertébrale.

On distingue des causes locales

traumatiques (fractures, luxation)
dégénératives (arthrose )
inflammatoires
métaboliques
tumorales
et des causes à distance:

problèmes des pieds ou des genoux
affections des organes (coeur, appareil digestif, organes de la reproduction)
problèmes psycho-sociaux
Sans vouloir y accorder une trop grande importance, il faut avoir à l’idée que l’état psychique et les contraintes socio-économiques et professionnelles peuvent influencer les pathologies du dos

Phénomènes bio-météorologiques
Chez certaines personnes sensibles, des facteurs bio-météorologiques peuvent jouer un rôle de catalyseur ou d’amplificateur de symptômes latents.

Aussi faut-il être très prudent dans l’interprétation des examens radiologiques, car toute image ne reflète qu’un état instantané. Certaines images très évocatrices de déviations axiales (scoliose) ou de dégénérescence (arthrose) nous incitent à les mettre en relation avec les douleurs du patient Cependant il faut rester prudent, très attentif récit du patient et continuer à investiguer.

La colonne vertébrale a une très grande capacité de compensation et joue souvent le rôle de “fusible” pour toute une panoplie d’affections de l’organisme.

Copyright © 2020 Luxkine
Designed by buzzify